Une aide pour faire le plein de vitamine C

vitamine C

Qu’importe l’âge, notre organisme ne peut se passer de vitamines et notamment de vitamine C. Aussi appelée acide ascorbique, la vitamine C contribue fortement au Bien-être de tout un chacun. Cela dit, pour en faire le plein, il est primordial de savoir quels éléments renferment le plus de vitamine C et maîtriser par la suite le mode de préparation idéale.

Généralités

Il existe deux différentes méthodes pour produire de la vitamine C : naturelle ou synthétique. Principalement, elle est extraite à partir des fruits riches en acide ascorbique, dont l’acérola, le cynorhodon et le camu camu. Ces trois éléments sont souvent cités dans les compléments d’aliments naturels à base de vitamine C.

Concernant, le cynorhodon, c’est le fruit du rosier églantier. Cet arbuste pousse sur des sols arides et calcaires. Connues pour leur richesse en vitamines, les concentrations en vitamine C du cynorhodon sont tout simplement remarquables. D’autre part, il y a l’acérola, un arbre de 2 à 5 mètres qui provient d’Amérique Centrale, Amérique du Sud et Jamaïque. Il produit des petits fruits du même nom. Surnommés cerises des barbades ou encore cerises des Antilles, ces fruits sont extrêmement riches en acide ascorbique. Enfin, le camu camu qui se trouve dans les zones marécageuses de la forêt en Amazonie, produit également de petites baies concentrées en vitamine C, fer, vitamine B2 et phosphore. Grâce au progrès de la médecine, des gélules Camu camu contenant 4200 mg de vitamine C sont commercialisées actuellement. Également riche en flavonoïdes, le camu camu est le plus puissant des antioxydants et est conseillé aux fumeurs et individus affaiblis en immunité.

La vitamine C, indispensable ?

En France, les études ont déduit que 75 % des Français souffrent d’une carence en vitamine C. Les apports en vitamine C recommandés en France sont de 110 mg par jour. Cette carence est plus importante chez les femmes enceintes et les fumeurs. Pire, presque un Français sur deux ne parvient même pas à consommer 75 mg par jour. Ce fait pourrait être interprété de paradoxe, vu la multitude de bienfaits entraînés par cette vitamine miracle.

À part le ralentissement du vieillissement des cellules, la vitamine C permet également de résister contre les infections en tous genres. De manière plus concrète, l’acide ascorbique contribue fortement à renforcer le système immunitaire et protège contre différentes maladies telles que la grippe ou le rhume. En outre, une bonne cure de vitamine C favorise aussi l’assimilation du fer qui est essentiel pour lutter contre les maux de tête et la fatigue.

La vitamine C est également un fortifiant indispensable, surtout en début d’hiver, car l’organisme se trouve dans l’incapacité de produire par lui-même. Permettant de lutter contre les virus, l’acide ascorbique contribue aussi à régénérer les cellules suite à des opérations chirurgicales ou des brûlures. Autres bienfaits, la vitamine C aide à combattre le stress et le cholestérol, les substances toxiques, les allergies ainsi que les maladies dégénératives et notamment le cancer.

Vitamine C et alimentation

La particularité de la vitamine C par rapport aux autres vitamines, c’est qu’elle se distingue par sa simplicité à s’approvisionner étant donné qu’on peut la trouver dans pratiquement toutes les sortes de végétaux. Pour illustrer, plus de 80 % de la consommation totale d’acide ascorbique s’effectue à travers les crudités et les fruits. Autant ne pas lésiner.

À part les agrumes célèbres pour leur taux élevé en vitamine C, on peut citer également dans ce sens le persil, le cassis, la mâche, le cresson et le kiwi. Cependant, l’aliment qui contient le plus d’acide ascorbique reste la goyave dont 100 g sont suffisants pour compenser les besoins pour deux jours en vitamine C. Autant dire que pour rester en forme, deux kiwis consommés au cours de la journée suffisent largement à combler les besoins quotidiens. Par ailleurs, il est fortement recommandé de déguster de la salade de fruits et du jus au petit déjeuner surtout les jus d’agrumes (pamplemousse, orange et clémentine).

Enfin, il est important de souligner qu’au-delà des doses recommandées, l’organisme n’assimile plus de vitamine C.

Fraîcheur et vapeur, alliées de la vitamine C

Dans tous les cas, l’idéal est de consommer les aliments crus. En effet, même s’ils s’avèrent être riches en acide ascorbique, les légumes mangés cuits deviennent moins bons pourvoyeurs de vitamine C. Cela s’explique par le fait que cette vitamine est très fragile. Elle ne résiste pas la chaleur et disparaît dans l’eau de cuisson. Les légumes cuits à température élevée, tout comme ceux congelés ou en conserve, n’aideront pas à s’approvisionner en vitamine C. En résumé, il est préférable de consommer des légumes frais, le plus tôt possible après les avoir achetés. Dans le même registre, retenez que les fruits flétris et oxydés ne sont pas également réputés pour leur teneur en vitamines. À titre d’exemple, après une semaine d’exposition à l’air libre, la tomate aura perdu jusqu’à 50 % de sa vitamine C.

En ce qui concerne le mode de cuisson idéal, il s’agit évidemment de la cuisson à la vapeur. Essayez la cuisson des poireaux, brocolis, poivrons et choux à la vapeur et vous ferez sans aucun doute le plein de vitamines. En guise d’exemple, on trouve 10 fois plus de vitamines dans les haricots verts passés au cuiseur-vapeur que dans les haricots verts en conserve.

Des gélules efficaces en cas de grande fatigue
Quelle est la meilleure solution pour éviter de stocker les graisses ?